Etablissement primaire Edmond-Gilliard

Mot de la direction

L’établissement primaire Edmond-Gilliard regroupe les élèves des 6 bâtiments scolaires suivants :

  • Pierre-de-Savoie
  • La Passerelle
  • Les Quatre-Marronniers
  • La Villette
  • La Place d’Armes
  • Les Prés-du-Lac

Les enseignants et le conseil de direction soutiennent les valeurs de bienveillance, exigence et solidarité, au même titre que les 3 autres établissements scolaires yverdonnois.

Par la bienveillance, nous souhaitons que l’école soit pour chacun-e un espace de bien-être, de respect, de confiance et de dialogue.

Par l’exigence, nous souhaitons éveiller la curiosité et le sens des responsabilités de chacun-e, dans un esprit de professionnalisme et en favorisant le développement personnel.

Par la solidarité, nous souhaitons développer des relations harmonieuses, favoriser le travail d’équipe et le sentiment d’appartenance à une entité, afin de créer un environnement scolaire serein et propice aux apprentissages.

Nous vous souhaitons une bonne visite sur ce nouveau site internet, dédié aux informations concernant le fonctionnement de l’établissement.

Le conseil de direction

EDMOND

E quilibre

D écouverte

M otivation

O uverture

N ouveautés

D ifférences

GILLIARD

G aieté

I magination

L umière

L iberté

I ntérêt

A ccueil

R esponsabilité

D étermination

Un peu d'histoire...

Edmond Gilliard       (1875 – 1969)

Edmond Gilliard, est originaire d’Yverdon et bourgeois de Fiez où il est né le 18 octobre 1875.

Il passe son enfance à Fiez, puis à Sion. Il entreprend ensuite des études de lettres à l’Université de Lausanne. Durant ses études, il devient pour un temps précepteur auprès de l’héritier du Grand-Duc de Saxe-Weimar.

A la fin de ses études, il part à Paris pour trois ans et enseigne le français grâce au soutien du romancier vaudois et parisien Edouard Rod.

De retour en Suisse en 1904, il commence alors une longue carrière d’enseignant et d’écrivain. Il enseigne dans différents collèges avant d’être nommé au Collège cantonal (gymnase) de Lausanne.

Il est en 1914, avec Paul Budry, le fondateur des Cahiers Vaudois qui ont permis de faire connaître de nombreux écrivains et artistes parmi lesquels on peut citer, par exemple, Charles-Ferdinand Ramuz, Charles-Albert Cingria, René Auberjonois, René Morax et Ernest Ansermet.

Il prend sa retraite en 1935. Il continue jusqu’à sa mort dans sa 94ème année, le 11 mars 1969, à avoir une féconde activité littéraire.

Dans son ouvrage l’Ecole contre la vie, Edmond Gilliard écrit :

« Je hais ce savoir d’école appliqué sur la mémoire avec de la mauvaise colle de salive, et qui tient tout juste le temps qu’il faut pour faire l’effet « notable » (valoir 9 ou 10) ; ce pauvre savoir de « parade » : exactement de quoi parer aux menaces du règlement pénitentiaire, nullement de quoi préparer aux risques de la liberté volontaire. »

« L’école ne fabrique que des répétiteurs. Elle est incapable de forger un auteur. L’auteur est celui qui refuse de répéter, et garde le silence jusqu’au moment où il peut réinventer. »